NOUVEAUX ARRIVAGES À VENIR ! NEW THINGS TO COME !

NOUVEAUX ARRIVAGES À VENIR ! NEW THINGS TO COME !

NOUVEAUX ARRIVAGES À VENIR ! NEW THINGS TO COME !

NOUVEAUX ARRIVAGES À VENIR ! NEW THINGS TO COME !

La Maison de Commerce

Langue :
Français English (soon)
Nous suivre :Rechercher :

ÁRPÁD PÁLL

Ref : ROM17002
Localisation : Korond, Transilvania, Rômania
Matière : Argile
Technique : Céramique
DEPUIS : 1977
OBJETS : Carreau, vase, cheminée et poêle sur mesure

« Les Sicules sont un groupe ethnolinguistique de langue hongroise présent essentiellement en Transylvanie et lié historiquement aux Magyars (…) Les Sicules se seraient établis en Transylvanie au 12ème siècle avec pour principale fonction la protection de la frontière orientale du Royaume de Hongrie » (Wikipédia).

Au-delà des forêts, aux portes des Carpates, le pays Sicule est une expérience. Un voyage un peu magique dans un temps de légendes, la traversée hallucinée d’un espace qui en sait beaucoup sur une certaine histoire européenne.
Korond est célèbre pour sa céramique. Le passage est obligé pour qui s’intéresse à l’artisanat transylvanien. La ville consiste essentiellement en une grande avenue bordée de commerces regorgeant de pots, plats, assiettes et autres pièces décoratives aux formes et motifs traditionnels. Mais ce n’est pas cela que nous cherchons ce jour-là en errant sous la pluie. Une intuition singulière nous fait espérer une rencontre avec Árpád Páll. Depuis des semaines déjà, nous admirons ses grandes cheminées, montage hautement technique de carreaux de céramique. Nous avons téléphoné sans succès, et cherché en vain une maison dont l’adresse ne nous mène nulle part. Alors que nous repartons dépités, une dernière tentative désespérée est la bonne. La langue hongroise est un obstacle mais « Rompetrol» est notre sésame pour un rendez-vous à la station essence. L’homme vient nous chercher. Il est jeune, et étrangement beau. Notre voiture suit la sienne jusqu’à un parking boueux. Le rez-de-chaussée du modeste fief familial est un atelier. La nuit tombe, un chien aboie, des enfants ont faim. Árpád Páll appelle un ami anglophone qui envoie sa petite-amie pour la traduction simultanée d’une conversation extraordinaire. Nous visitons le chantier d’un futur hôtel situé de l’autre côté du jardin. Et notre hôte raconte son rêve de la veille : des français venaient le voir pour lui proposer d’exposer son travail à Paris. Répertoriés par l’Unesco, son savoir-faire et son talent esthétique sont époustouflants. Árpád Páll a appris son art des plus grands maîtres. Il moule, peint, et cuit les éléments de ses constructions chez lui, avant de les installer in situ.

Nagyon köszönöm Zoltan & Beata

 

Voyage : T003 ROM17